LE LIEU DE L'EUCHARISTIE

copyright Père Bourdon

LA MESSE ET LE PRÊTRE

 Le mot "Messe" vient du latin "missa" qui veut dire "Le renvoi". On disait "Missa" pour " "Missio=Le renvoi".

A la fin de la messe, le prêtre dit :

"Allez dans la paix du Christ".

Le texte latin est :" ite missa est", ce qui donne en français : "Allez, c'est le renvoi" , autrement dit : "Allez, vous pouvez partir" .

Jadis, il y avait un autre renvoi, à la fin de la liturgie de la parole. Car étaient exclus de la liturgie eucharistique les infidèles, les chrétiens mis en pénitence et les catéchumènes, ces croyants non encore baptisés qui poursuivaient leur formation religieuse.

Le fait d'être renvoyé au cours de la réunion liturgique pour indignité ou manque de préparation a dû tellement impressionner les esprits que dès le Vème siècle, ce "renvoi", cette "missa" a donné son nom "La Messe" au sacrement de l'Eucharistie.

Le prêtre est un homme, choisi par Dieu, appelé par l'évêque, et qui a accepté le pouvoir de précher l'Evangile, de baptiser, de consacrer le pain et le vin à la Messe, de pardonner les péchés.

Le curé est un prêtre qui tient la place de l'évêque sur un territoire donné, appelé la paroisse, il est le responsable de la communauté chrétienne.


LES CHRETIENS ET LA LITURGIE

Les chrétiens (les personnes qui croient en Jésus-Christ) se rassemblent le dimanche pour une liturgie, à l'église.

L'église (avec un é minuscule) est le lieu de réunion des chrétiens.

L'Eglise (avec un E majuscule) est l'ensemble des chrétiens. Eglise vient du grec "écclésia" qui veut dire "assemblée" par convocation..., assemblée du peuple.

Chez les Romains, la salle de réunion s' appelait "basilica" : une salle rectangulaire ouverte sur portique, précédée d'un atrium, souvent divisée en piliers, terminée par une abside.

Le dimanche : c'est le "dies dominicus", le jour du Seigneur. Ce jour-là , les Chrétiens célèbrent larésurrection du Christ et pensent à leur propre résurrection.

La liturgie : du grec "leiturguia = service public". Elle est la prière officielle de l'Eglise.

Le dimanche, je vais à l'église.


A L' INTERIEUR DE L' EGLISE

Le sanctuaire : Ce mot vient du latin "sanctus"qui veut dire "saint ". C'est la partie de l'église située autour de l'autel, le lieu le plus saint , interdit aux fidèles.

La nef : Ce mot vient du latin "navis" qui signifie "navire" par analogie de forme. Cest la partie de l'église comprise entre l'entrée et le choeur, dans le sens longitudinal, où se trouvent les fidèles.

Le choeur : Partie de l'église en tête de la nef, réservée aux chanteurs ou au clergé.

Le bénitier : Récipient ( bassin, vasque ou coupe ) contenant de l'eau bénite, situé à l'entrée de l'église. Il rappelle aux fidèles leur baptême et la nécessité pour eux de se purifier avant d'entrer dans le lieu saint.


L' AUTEL ET LE CIERGE

L'autel : De l'adjectif "altus" qui veut dire "haut" et "ara" . Chez les romains l'ara était le petit autel domestique ; l'altare, le grand autel monumental où l'on offrait les sacrifices publics. Table à manger et tombeau des martyrs. L'autel contient des reliques de saints en souvenir du temps où l'on disait la Messe sur les tombeaux des martyrs.

Le cierge est lumière. Une colonne lumineuse guidait les Hébreux dans le désert . L'empereur romain avait le "privilège du cierge" , puis les hauts magistrats furent précédés de quatre cierges. Le voyant de l'Apocalypse vit Jésus au milieu de sept chandeliers d'or.

Jésus ressuscité dissipe les ténèbres de notre esprit et de notre cœur.


LE TABERNACLE

Le tabernacle est un habitacle destiné à recevoir les hosties consacrées, c'est-à-dire la présence réelle et substantielle du Christ -Jésus tout entier :

Dieu et homme.

Une bougie ou une lampe rouge en signale la présence.

Tabernacle vient du latin "tabernaculum" qui signifie "tente". Nous pensons à la tente qui abritait l'Arche d'Alliance et qui était le lieu de la présence de Dieu au milieu de son peuple.


LE LIEU DE LA PRESIDENCE

Le prêtre siège au lieu de présidence. Il dirige l'assemblée et dirige sa prière. De cet endroit, il accomplit les rites d'ouverture; il écoute la Parole de Dieu et il donne congé à l'assemblée après la bénédiction finale.

Ce siège ne doit pas donner l'apparence d'un trône.


L' AMBON ET LA CROIX

L'ambon : Ce mot vient du grec "anabainein" qui veut dire "monter". L'ambon est une tribune un peu élevée sur laquelle on monte pour lire ou pour prêcher, afin d'être vu et entendu. L'ambon est aussi appelé "jubé" parce que c'était là qu'on demandait la bénédiction ; en latin : "jube, domne, benedicere".

Au temps où l'évêque trônait au fond de l'abside, face au peuple, il convenait que le lecteur de l'Evangile se tienne à sa droite, la place d'honneur, c'est-à-dire à gauche par rapport aux fidèles.

La croix : Elle rappelle le sacrifice du Christ sur le calvaire.


VÊTEMENTS ET COULEURS LITURGIQUES

Les vêtements liturgiques nous rappellent que la Messe n'est pas une action ordinaire. La Messe nous met en contact avec Dieu. La diversité des vêtements nous permet de reconnaître la fonction propre de chaque ministre.

Les couleurs expriment une des caractéristiques de la cérémonie.

Le blanc : Joie, pureté.

Le rouge : Feu du Saint-Esprit, Sang des martyrs.

Le vert : Printemps, espérance de vie éternelle.

Le violet :Prière intense et pénitence.

Le noir : Deuil, défunts.

Le rose : Joie dans le temps de pénitence.


copyright Père Bourdon
haut de page retour à l'accueil ou au sommaire

chapitre suivant