Préface d'un évêque de France,

A Lourdes, le Chemin de Croix qu'on va lire a fait une profonde impression sur les malades et ceux qui les entouraient de leur sollicitude, de leur amitié, de leur prière.

 

Plusieurs évêques m'en ont demandé le texte.

 

Je viens de le reprendre, j'y ai trouvé la même "force persuasive", comme disait Saint-Paul : c'est à la fois l'Evangile et la "condition" des malades qui ont inspiré leur auteur ! En sorte que ceux dont la vie est brusquement atteinte par la souffrance peuvent tout à coup comprendre qu'ils ne sont pas seuls, que Jésus est passé par là et qu'au lieu de se révolter il faut accepter, bien plus, ajouter ce qui manque à la Passion, pour le salut du monde.

 

Le prêtre qui a rédigé ces lignes, à la lumière de sa foi et à la pensée des malades qu'il "sert" de toute son âme, n'a vraiment pas perdu son temps.

Monseigneur Marc LALLIER
Archevêque de Marseille
11 avril 1966

Nous pouvons maintenant méditer ce Chemin de Croix.

retour à l'Espace de liberté

retour à La Messe